mar.

26

avril

2011

AMIZMIZ : une autre idée du bonheur

Amizmiz
Amizmiz

Coline est devenue la reporter attitrée du riad. Elle nous parle d'Amizmiz. Et elle nous en parle tellement bien qu'il n'y a rien à ajouter.

Merci à Christelle pour la photo du tatouage au henné.

Depuis mai dernier, mon mot préféré ex aequo avec chocolat et grasse matinée, c’est Amizmiz. Amizmiz, rien que de le prononcer, on sent que c’est doux, c’est chaud, c’est beau…

 

La première fois, il y a donc un peu moins d’un an, forcément c’est Bernard qui nous a envoyés dans ce village berbère. On a passé ce que j’appelle une très chouette journée ! Bon, je dis passer une journée mais ce n’était pas juste une journée à rester là, hein, c’était une journée de randonnée. Notre guide, Latifah, nous a époustouflés par sa connaissance profonde de la montagne, par sa gentillesse… Bref, en racontant notre journée une fois revenus au riad, on en avait les larmes aux yeux.

 

Plus récent, c’est-à-dire il y a deux semaines, rebelote, on retourne à Amizmiz! Cette fois-ci avec mon père, qui ne connaît pas, Christelle et Thierry qui eux, sont venus il y a deux ans. Arrivés là-bas vers 10h, Omar nous cueille à la descente du taxi. Christelle et Thierry ont l’air ravi car ils connaissent Omar. Comme d’hab’, nous on fait un peu nos timides mais au bout d’un quart d’heure de marche, 1) on met de la crème solaire parce que ça cogne mais surtout, 2) on discute déjà avec Omar et on retrouve avec plaisir des bouts de chemins connus. A la mi-avril, la nature est encore verte et l’environnement est vraiment joli.

Ça monte un peu, bah oui, Amizmiz se situe au pied du Haut Atlas donc avec Christelle on se calme un peu niveau causette et on ouvre grand les yeux ! On traverse une forêt de pins et comme le chemin est tracé sur une pente, on regarde en se marrant les garçons devant nous qui marchent tordu. Enfin bref, on a marché 2 heures quasiment sans s’en rendre compte ! Et là, oui ! on reconnait l’auberge de la famille Bella. Sur la terrasse, à l’ombre et bien installés sur les canapés, on mange une salade, un délicieux tajine avec du pain vachement bon, comme les Marocains savent le faire à la campagne, puis des oranges à la cannelle. Omar nous explique qu’il a des ruches donc on saute sur l’occasion pour lui acheter du miel de fleurs d’oranger… pile comme je l’aime ! Après le repas, on tire un peu notre flemme, affalés sur les canapés. C’est un bout de paradis, ici : les oiseaux, l’ombre des figuiers, le bruit de la rivière en bas… Puis on discute avec Corentin (touriste venu en groupe un mois avant, tombé amoureux de l’endroit et resté depuis chez les Bella), il nous montre ses beaux dessins à l’aquarelle… Quand on nous propose, à Christelle et à moi, un tatouage au henné, on monte à l’étage de la maison et c’est une jeune fille qui trace sur notre peau des motifs traditionnels.

Re-stage canapé pour ne pas abîmer le henné encore frais. Samir, 16 ans en vacances chez sa famille nous rejoint. Il a le bras dans le plâtre, il nous raconte qu’il est tombé d’un mulet le premier jour des vacances mais il a le sourire ! Il est visiblement aussi tombé dans la marmite étant petit car lui aussi se destine à être guide.

Puis quand même, on se remet en route, avec Samir et le chien en plus pour l’après-midi. On passe au moulin, là où le henné en feuilles est réduit en poudre. Les murs sont recouverts d’une fine poussière verte aussi douce que du velours et ça sent bon le foin ! On descend jusqu’au lit de l’oued, Omar nous fait traverser 2 ou 3 fois d’étroits bras d’eau mais à un moment, on enlève nos chaussures, on fait des revers à nos pantalons et on y va carrément ! La fraîcheur de l’eau descendant tout droit de l’Atlas nous fait un bien fou…

On remonte le versant d’une autre montagne, on traverse un village : les maisons sont toutes carrées, en terre ocre. Ici c’est un autre monde, la vie ne doit pas être tous les jours facile…

Au village suivant, Omar rencontre une famille qui nous propose de prendre le thé chez elle. On entre dans la maison, il fait frais, ils installent des chaises, des tabourets, des coussins. Trois jeunes femmes sont derrière un métier à tisser, elles nous montrent comment elles fabriquent un tapis. Les gestes n’ont pas l’air trop compliqué mais le travail doit être régulier et le tapis ne s’allonge pas vite ! Il y a aussi une petite fille toute mignonne très contente d’être photographiée par Thierry ! C’est vraiment drôle comme les gens sont accueillants au Maroc : on ne se connait pas et pourtant… Le contact facile entre les gens, ça manque au retour en France mais comme on sait que ça existe ailleurs, on est un plus optimiste pour l’humanité!...

Dernière partie de la randonnée. Avec Omar et Samir on parle de la vie ici, de leur vision des choses : parfois nos idées sont bien différentes mais ce n’est pas grave, ces deux jeunes ont l’air vraiment chouette ! On passe entre des champs verts et rouges de coquelicots et moi qui croyais que ce parfum si délicieux n’existait que dans les flacons bleus de chez Vahiné, je respire à pleins poumons sous un oranger en fleurs…

 

Au centre d’Amizmiz, il y a un peu de monde en cette fin d’après-midi, on retrouve notre chauffeur de taxi sur la place… Je passe sur les au revoir, c’est pas que toutes nos excursions au Maroc se finissent à moitié en larmes mais bon, je serai bien restée quelques jours là-bas, moi… La prochaine fois, inch’allah !

écrire commentaire

Commentaires : 2

  • #1

    andree Lottman (jeudi, 30 janvier 2014 17:47)

    puis-je avoir le numero de tel pour l'auberge de la famille Bella? Merci. J'aimerais aussi y aller.
    Andree

  • #2

    zakaria (mercredi, 10 septembre 2014 20:45)

    salut

  • loading
book it

Recommended by Rough Guides

Riad Menzeh

34 derb el Arsa,

Sidi Ayoub
40000 Marrakech


Tél France :

+33 (0)6 50 81 63 67


Tél Maroc :

00212 524 38 69 39

00212 671 53 04 04

riadmenzeh@gmail.com

 

Riad Menzeh à Marrakech Vue de la terrasse
Free WiFi Access